La solitude

Les causes de la solitude la combattre

La solitude est une souffrance de nos sociétés modernes.

La solitude
combattre la solitude

La solitude,  est devenue le fléau de nos sociétés modernes et dites civilisées. Je pense que l’on peut lui adjoindre pour amie ou effets aggravant l’égoïsme, la perte du respect des autres, du savoir vivre et du partage.

Je ne sais pas pour vous, je suis Français né en France et vivant en France, à l’aube de la cinquantaine et avec une vie et un vécu très largement chargé d’actions, d’espoirs de déceptions et de déconvenues comme beaucoup de monde, mon vécu, le recul sur ces quelques décennies passés, ce que me racontent mes parents de leur vécu à mon âge, mes propres souvenirs d’enfance, le souvenir de ce que ma racontaient mes grands parents de leur vie d’enfance, d’adultes, quelques archives familiales de ce qu’ont vécu mes ancêtres, me font mesurer à quel point la saveur, la qualité de vie à la Française ne sont plus que légendes et lointains souvenirs.

Il y à 25 ans je fus recruté pour être VRP dans une entreprise d’agro alimentaire (très connue dans dans secteur d’activité) dans très grande groupe où l’on employait en précurseurs les techniques de management à l’américaine, j’appelais cela déjà à l’époque la technique du presse citron.

On recrute un profil on le met sous pression maximale pour en extraire le plus de potentiel ( jus) possible, par tous les moyens psychologiques possibles et on le jette sous prétexte qu’il ne parviens plus à parvenir à ses objectifs, bref il n’a plus de jus, que des pépins, et bien entendu c’est sa faute si il est à sec quitte à le détruire encore un peu plus.

Puis candidat suivant et même technique désastreuse et inhumaine, le pire dans ce genre de pratique c’est que les individus qui usent de ces techniques passent pour des leaders, ces sociétés se vantent d’être à la pointe, cynisme quant tu nous tiens.

A défaut si les individus se sentaient pleinement respirer dans ces sociétés l’arbre aurait grandis, le citron à maturité aurait semé ses graines résistantes et aurait produit d’autres citronniers qui aurait produits de nombreux autres citrons de qualité et ainsi de suite.

Les clients de citron le voyant s’épanouir réussir se seraient sentis en pleine confiance, auraient donc commandé plus à citron, lui auraient demandé des conseils et retours d’expérience la réussite cela attire, et peut vite devenir exponentielle.

Citron serait vite devenu un véritable partenaire pilier de l’entreprise, une icône et les clients auraient eu une confiance incroyable en cette entreprise qui sait si bien s’entourer, mettre des personnes compétentes à leur service, à leur écoute pour les conseillers.
Pour ces mêmes clients inspirés et en confiance, c’est de toute évidence à citron que l’on commanderait ceci ou cela car cela fait tellement d’années que citron est là qu’il est inenvisageable de prendre le risque de commander à quiconque d’autre.

Les leaders du management, se croyant grands ont simplement vu petit, ils ont juste mangé de la chair humaine en oubliant au passage de rayonner.

Citron est au mieux philosophe ou dégouté voir les deux.
En tous cas il ne donnera plus de citrons, à quoi bon, les cannibales mangeurs de chair humaine ne sont pas frugivores.

Vous vous demandez ce que vient faire cette histoire dans mon propos au sujet de la solitude ?
Malheureusement ces pratiques se sont répandues, perdurent, et amènent à la perte de confiance en soi, et entraînent l’isolement, le mal être.

Malheureusement ces pratiques du cynisme, du  » on profite de quelqu’un tant qu’on peut puis on le jette » avec de beaux prétextes où l’on n’assume rien et où l’on accable la victime sont devenues « normales » banales » dans tous les domaines de la vie.

De ce que vous devez penser, à ce que vous devez manger, à ce que vous devez croire, à ce que vous devez aimer, à l’apparence physique, intellectuelle sociale que doit être la votre tout est dicté, imposé avec une violence morale sans aucune mesure.

Il y à quelques temps je discutais avec une dame Bretonne ayant atteint l’âge de la retraite depuis pas mal de temps et qui de ses 70 printemps me disait, toutes nos fêtes de village se perdent, les pardons ( fêtes religieuses populaires des habitants d’un quartier autour de la chapelle de celui-ci) disparaissent peu à peu.
Nous sommes tous trop âgés pour organiser des fêtes, préparer des repas pour des centaines de personnes et les jeunes ne reprennent pas le flambeau…

Beaucoup préfèrent s’isoler dans le « confort » moderne, vacances au dessus de leur moyens dans des lieux à la mode, acheter une maison au final hors de prix , posséder la voiture qui affiche bien, de temps en temps s’abassourdire dans un club branché tout ceci au nom du savoir paraître au détriment du savoir être.

Le contact humain, le plaisir de discuter, d’échanger, de s’instruire, de s’émerveiller, de partager, de découvrir, de se mesurer respectueusement aux autres de s’identifier, de découvrir qui on souhaite être et devenir, ce que l’on veut transmettre à notre entourage à nos enfants tout ceci à disparu au profit d’une société déshumanisés ne laissant place qu’au malaise du devoir posséder plus, du devoir faire face à des exigences virtuelles dont seuls quelques tenants de ficelles ont intérêt à entretenir.

Amours, travail, famille, affaires et même santé tous les secteurs de notre vie sont, me semblent t’il,touchés par ce fléau de l’individualisme qui à force de se répandre apporte l’agressivité.

Nos sociétés nous ont appris à imposer sans que l’on sache vraiment pourquoi au lieu de comprendre et partager.

Alors nos médias nous parlent beaucoup en ce moment de solitude, les dernières recherches effectuées par la médecine font part que la solitude est une véritable maladie pouvant entraîner maladies et décès ( source wikipédia).

Si l’on ajoute à cela les multiples stress que nous subissons ( je reviens à l’expérience professionnelle de citron) , aux déceptions amoureuses où le / la partenaire est lui / elle aussi devenu un objet, au stress du devenir de ses enfants , au stress de devoir leur fournir le dernier objet incontournable, la dernière tenue à la mode au risque de les faire passer pour has been auprès des autres écoliers, les causes de mal être, de souffrance, de maladies, de décès prématurés me semblent, avec beaucoup d’inquiétude, en train de grandir à vitesse grand V.
Notre espérance de vie est elle toujours en train d’augmenter ?
Je n’en suis pas si sûr, ou alors dans quel état.

La maladie, la dégradation physique, entraîne je pense également la perte de confiance en soi et l’isolement encore plus grand.

Certaines personnes se tournent vers des associations, des activités sportives, des activités artistiques par  » voir du monde » et rompre l’isolement.

Cela fonctionne parfois à merveille, parfois beaucoup moins.
En effet, il n’est pas toujours facile de faire sa place dans un groupe déjà constitué, où règne déjà parfois une certaine compétition à divers niveaux ( l’expérience citron recommence).

D’autres contacteront des associations dédiées aux personnes souffrant de solitude, elles pourront alors parler de leurs problèmes de ce qui les touchent à coeur, d’autres contacteront des voyants en ligne tout simplement, souvent, non pas pour avoir une prédiction de leur avenir mais tout simplement pour discuter être écoutées.

D’autres iront plus loin dans cette démarche spirituelle, fréquentant plus assidûment les lieux de cultes, les véritables praticiens de cartomancie telle que le tarot de Marseille qui de par  les symboliques puissances de ses arcanes, les enseignement qu’il à procuré au fil des siècles seront un bon indicateur du qui suis je , que faire ?, ou vais je ? ….

Quoiqu’il en soit à l’aube de la cinquantaine j’aurais aimé naître 50 ans plus tôt.
N’ayant pas la maitrise de la machine à remonter le temps, ne pouvant pas revenir en arrière, j’ai décidé de rester fidèle à moi même, humble et fidèle à mes convictions.
Mon saint préféré reste assurément, et restera assurément Saint Thomas car, plus que jamais,  » je ne crois que ce que je vois ».

Je laisse le savoir paraître, les tentatives de manipulations, de pressions, toutes les sources d’angoisses modernes là où elles doivent être, enterrées dans le magma de mon mépris et de mon ironie la plus absolue.

Où est passé le pays de mes rêves, ce lui de mes grands parents plein d’espoir et de reconstruction ?

Dans l’idéal de mes convictions profondes.

Non vous n'êtes pas seul(e) mais en accord avec vous même, je vous souhaite une très belle journée.